Le cannabidiol agit par diverses voies moléculaires, ce qui explique les effets neurologiques de l’huile de CBD. Bien que le CBD ne puise pas dans deux des récepteurs cannabinoïdes, il stimule l’activité du système endocannabinoïde par plusieurs voies différentes indépendantes des récepteurs. Le CBD renforce et inhibe également l’action de liaison de certains récepteurs couplés aux protéines.

Voici une rapide ventilation des systèmes de récepteurs qui sont affectés par le CBD.

Le CBD et le système sérotoninergique

Les récepteurs de la sérotonine affectent un large éventail de fonctions corporelles et cérébrales. Par exemple, ils affectent la cognition, l’humeur, l’appétit et la perception de la douleur d’une personne, mais ils sont également responsables de nos réactions au stress – les récepteurs de la sérotonine régulent la libération d’hormones qui contrôlent les fonctions ci-dessus.

Le CBD cible le récepteur de la sérotonine 1A, ce qui explique pourquoi les scientifiques pensent que le cannabidiol peut être si utile pour traiter la douleur, l’anxiété et l’obésité. En outre, l’activité accrue des récepteurs de la sérotonine 1A a été liée par les chercheurs à l’influence potentielle du CBD sur certains problèmes tels que la dépression, les nausées dues à la chimiothérapie, les douleurs neuropathiques et la schizophrénie.

Le CBD et les récepteurs vanilloïdes

Le CBD se fixe aux récepteurs vanilloïdes, également connus sous le nom de récepteurs TRPV1, pour obtenir certains effets thérapeutiques. Le TRPV1 étant un canal ionique, il aide le corps à réguler sa température, à contrôler l’inflammation et à modifier la perception de la douleur.

Le CBD et les récepteurs orphelins

Le récepteur orphelin doit son nom au fait que les scientifiques ne savent toujours pas s’il appartient à une famille de récepteurs plus large. Également appelé GPR55, le récepteur orphelin est responsable de la régulation de la pression sanguine, de la densité osseuse et de la réabsorption osseuse.

Lorsque le récepteur orphelin montre des signes de suractivité constante, il peut finir par provoquer l’ostéoporose et contribuer à la multiplication et à la migration des cellules tumorales. Le CBD inhibe la signalisation du GPR55, ce qui est lié à la capacité de ce cannabinoïde à stopper la croissance du cancer.

Le CBD et les récepteurs nucléaires

Les récepteurs nucléaires sont également appelés PPAR, abréviation de “proliferator-activated receptors”. Leur activité est attribuée à des effets antitumoraux. Le CBD active les PPAR, qui se trouvent à la surface du noyau de la cellule. Lorsque le récepteur PPAR-gamma est stimulé, il déclenche un effet antiprolifératif qui s’est avéré faire régresser le cancer dans des familles de cellules de cancer du poumon.

Le CBD comme stimulant de l’anandamide

Le CBD sur le cerveau inhibe la dégradation de l’anandamide, qui booste les niveaux d’endocannabinoïdes sur les synapses du cerveau. L’anandamide est souvent appelée la version humaine de la marijuana car l’anandamide et le THC se ressemblent beaucoup dans leur structure chimique. Ils produisent également des effets similaires ; l’anandamide contrôle l’humeur, la perception de la douleur, la température corporelle, l’appétit, etc.

Le CBD interagit avec les mêmes molécules intracellulaires qui transportent le THC et l’anandamide vers différentes parties de la cellule. Il a également un lien fort avec trois types de protéines de liaison aux acides gras (FABP). Une fois que les endocannabinoïdes pénètrent dans la cellule, le processus de dégradation de l’anandamide commence. Le cannabidiol réduit l’accès de l’anandamide à la FABP de transport et retarde ainsi son entrée dans la cellule, ce qui ralentit sa dégradation.

Cliquer ici pour d’autres articles !!!